Comment se servir d’un pied à coulisse ?

Savez-vous que le vernier ou le pied à coulisse à vu le jour pour la première fois en 1631 ? Le vernier, du nom de son inventeur est un instrument de mesure ayant des parties coulissantes l’une par rapport à l’autre. Vous allez voir dans cet article de plus amples informations concernant cet outil.

À quoi sert le pied à coulisse ?

Le pied à coulisse est un outil bien connu dans l’univers de la mécanique et de la plomberie. Sa qualité de précision est tout simplement incroyable parce qu’il dépasse la précision d’un mètre ruban de l’ordre de mm, et même d’un réglet de demi-mm. En fait, la précision d’un vernier est de 1/10 e, 1/20 e ou encore 1/50 e de mm en fonction du modèle.

Quant à sa composition, un pied à coulisse comporte une partie fixe et des mâchoires coulissantes fixés par un écrou de serrage.

Pour mesurer quoi ?

Son rôle est de mesurer l’épaisseur, la profondeur et les diamètres intérieurs et extérieurs d’un objet de petite taille ou d’un tube. En plus de pouvoir prendre des mesures précises internes, externes ou en profondeur, vous pouvez également lire une mesure au dixième de millimètre près grâce à un vernier.

Vous pouvez l’utiliser pour mesurer précisément le diamètre extérieur d’un cylindre, l’alésage d’une pièce métallique ou encore la profondeur d’un trou.

Un pied à coulisse est aussi un instrument phare des bijoutiers. Vous pouvez mesurer facilement les cabochons et tous les objets minuscules utiles à la création de bijoux. Même le diamètre interne des perles est mesurable avec cet outil.

Comment utiliser un pied à coulisse vernier ?

Vous devez utiliser :

  • les becs extérieurs : pour connaître les mesures d’une pièce, son diamètre extérieur ou son épaisseur ;
  • les becs intérieurs : pour connaître les mesures intérieures ou le diamètre interne d’un objet ;
  • la jauge de profondeur : pour connaître la hauteur d’une pièce ou sa profondeur.

Pour mesurer la dimension extérieure et intérieure, le diamètre, l’épaisseur et la profondeur d’un objet, voici des conseils d’utilisation :

Il faut d’abord procéder à une petite vérification, comme pour tout outil de mesure d’ailleurs. Que vérifier ? Tout simplement le calibrage du pied à coulisse, mettez en contact les deux becs s’ils ne le sont pas encore et alignez le vernier et le zéro de la règle. Jetez également un coup d’œil à la surface des deux becs s’ils sont en contact sur toute la longueur.

Concernant le modèle numérique, remettez-le à zéro quand les deux becs sont en contact.

  • Pour mesurer le diamètre extérieur ou l’épaisseur d’un objet :

Écartez les deux becs. Enserrez ensuite la pièce à mesurer et poussez-la jusqu’au fond de la gorge du pied à coulisse. Rapprochez les deux becs des bords extérieur de l’objet et repérez le diamètre en lecture directe sur la règle.

  • Pour mesurer la dimension intérieure :

Le principe reste le même. Toutefois, vous devez tout simplement utiliser les becs de l’autre côté qui seront écartés jusqu’au contact des parois du cylindre.

  • Pour mesurer la profondeur :

Vous devez vous servir de la tige intégrée à la règle et qu’on peut faire sortir au même moment de déplacer le vernier. Pensez alors à insérer le bas de la tige jusqu’au fond du cylindre et faire descendre la règle jusqu’au contact avec le bord du trou. Enfin, vous devez repérer la mesure indiquée sur le pied à coulisse.

  • Pour mesurer la longueur et la largeur :

Placez votre pièce entre les deux becs et posez le pied à coulisse à l’aide de la molette afin de bloquer la pièce. Pensez à serrer la vis de blocage afin de maintenir l’objet. Vous pouvez maintenant relever la mesure indiquée sur la règle en vérifiant qu’elle s’aligne précisément sur le chiffre 0 du vernier. Quand la mesure est prise, enlevez la vis pour libérer la pièce.

Top 5 des meilleures marques de chaussures de motards les plus populaires

Pour conduire un motard, vous devez avoir des équipements adéquats comme les chaussures de motard. Sur le marché, vous découvrirez les chaussures de nombreuses marques. Ce billet vous présente les 5 marques en vogue. Continuer la lecture de Top 5 des meilleures marques de chaussures de motards les plus populaires

Quel type de pneus choisir pour un camping-car ?

Le Camping-car est un véhicule qui permet d’aller en aventure et de passer d’agréables moments en famille. Bien équipé, il procure une sensation unique de liberté contrairement aux vacances passées dans des lieux fixes et prédéfinis. Cependant, ce plaisir peut se dissiper en cours de chemin, si le véhicule aménagé n’est pas doté de pneumatiques adaptés.

Les caractéristiques du pneumatique à choisir pour un camping-car

Les pneus constituent les seuls points de contact entre la route et un véhicule. Ils jouent plusieurs rôles comme la motricité, la tenue de route et également le freinage. Pour choisir les pneus les mieux adaptés pour un camping-car, vous pouvez faire appel à un spécialiste comme l’entreprise SARL AXOTO située à Saint-Paul. Toutefois, il existe certains aspects que vous pouvez considérer pour le choix des pneus.

La taille des pneus

Les pneus doivent avoir des dimensions homologuées suivant la taille du camping-car. Naturellement, celui-ci possède un indice de charge extrêmement élevé comparé aux autres types de véhicules. Il faut donc s’assurer que la taille des roues soit celle indiquée par le manufacturier automobile. Pour s’y prendre, il faut se référer à la séquence de chiffres et de lettres sur les pneus.

Généralement, le premier chiffre indique la largeur du pneu en millimètre. Le deuxième exprime le quotient de la hauteur et de la section de la roue. Dans la suite de la séquence, une lettre peut apparaître pour donner le mode de construction du pneu. Par exemple, le marquage de la lettre R signifie qu’il s’agit d’une roue à carcasse radiale. De plus, le chiffre qui vient après la lettre révèle le diamètre de la jante en pouces.

La résistance et la performance

Il faut vérifier que la séquence de chiffre sur le pneu se termine par le marquage « CP ». Ce dernier est spécifique aux pneus des véhicules aménagés et montre qu’ils sont plus performants et résistants. De même, cette indication prouve que la valve de la roue est en métal. Cela fait qu’ils peuvent supporter parfaitement de fortes pressions allant jusqu’à 5,5 bar.

La structure du pneu

Les pneus pour camping-car doivent montrer une robustesse pour mieux supporter les chocs. Ils doivent être polyvalents afin de faciliter l’adaptation du véhicule à plusieurs types de routes. A cela, s’ajoute le confort que doit procurer le pneumatique grâce à sa compatibilité avec le siège du camping-car. Pour information, si vous avez besoin d’un siège confortable, il existe un  nombre important de modèles plus prisés comme le Recaro Young Sport Hero.

Un choix de pneu réfléchi

Mis à part le standard des caractéristiques de pneus à considérer, il est important de tenir compte des recommandations du constructeur de votre camping-car. Il maîtrise le mieux le type de pneu qu’il vous faut en se basant sur le calcul de nombreuses données notamment :

  • L’indice de vitesse
  • L’indice de charge,
  • La pression maximale

Par exemple, il est possible d’utiliser des pneus marqués « C » pour les véhicules utilitaires et les poids lourds selon des fabricants.

L’entretien des pneumatiques pour camping-car

Il importe d’entretenir les pneumatiques afin de leur assurer une meilleure longévité. Pour ce faire, il est recommandé de gonfler les pneus à l’azote. Ce gaz confère à la roue, une bonne résistance à l’échauffement contrairement à l’air. Lorsque le camping-car doit être stationné pour un long moment, il est primordial de diminuer la charge supportée par les pneus.

De même, avant de le démarrer pour une quelconque aventure, il faut réaliser un contrôle technique. Cela a pour but d’identifier les potentiels signes d’usures ou de vieillissement. Rappelons qu’il existe deux types de contrôle technique pour un camping-car. Il  y a celui destiné aux véhicules de moins de 3,5 tonnes et celui des poids lourds. Dans les deux cas, le contrôle des pneus permet par exemple de vérifier le parallélisme des roues.

Où faire le contrôle technique d’un camping-car ?

Comme n’importe quel type de véhicule, le camping-car est soumis à un test régulier. Les frais de cet examen sont à la charge du propriétaire de la voiture. Si vous êtes décidé à réaliser le contrôle technique de camping-car, découvrez ci-après les différents endroits adaptés à cette vérification.

Les différents types de contrôle technique de camping-car

Il existe deux types de contrôle technique de camping-car selon la catégorie du véhicule.

Le contrôle technique de camping-car moins de 3,5 tonnes

S’il s’agit d’un camping-car léger, moins de 3,5 tonnes, les points de vérification de l’examen sont les mêmes que ceux des voitures légères. Cela touche l’identification du véhicule, les équipements de freinage, la direction, la visibilité, les feux, les dispositifs réfléchissants et les équipements électriques. Ce test auto se porte également sur les essieux, les roues, les pneus, la suspension, le châssis et ses accessoires, les nuisances et les autres équipements.

Le résultat de l’examen de camping-car comprend plusieurs niveaux. Le premier niveau regroupe les défaillances mineures qui ne requièrent pas la réalisation de contre-visite. Pour ce qui est des voitures qui présentent des défaillances majeures, elles doivent effectuer un contre-visite dans un délai de 2 mois. En ce qui concerne les voitures qui montrent des défaillances critiques, elles ne doivent plus circuler et sont soumises au contre-visite à effectuer dans un délai de 2 mois.

Le contrôle technique de camping-car poids lourd

Dans le cas du camping-car appartenant à la catégorie poids lourd, le contrôle technique se base sur la vérification des fonctions communes telles que l’identification, le système de freinage, la direction, la visibilité et les liaisons au sol. Elle touche également le châssis et ses accessoires, les organes mécaniques, les équipements, la pollution et le niveau sonore.

Le contrôle technique du camping-car poids lourd passe également par le contrôle de quelques fonctions supplémentaires : carte violette, coupe-batterie, extincteur, dispositif d’évacuation de fumées, porte de secours, trappe de secours, boîte de premier secours, etc. La vérification d’une plateforme d’accès handicapés est même indispensable.

Quoi qu’il en soit, le contrôle technique du camping-car est à effectuer tous les deux ans. S’il s’agit du premier examen, il est à réaliser six mois après le quatrième anniversaire de sa date de première mise en circulation.

Les sanctions en cas d’absence de contrôle technique

Si vous ne réalisez pas le contrôle technique de votre camping-car, vous encourez une amende pouvant aller jusqu’à 750 . Votre voiture peut être aussi immobilisée et vous devez remettre votre carte grise aux forces de l’ordre. À partir de là, vous disposez de sept jours pour effectuer le contrôle technique. Une fois que l’examen est réalisé, rendez-vous à la gendarmerie ou au commissariat pour présenter le procès-verbal attestant que votre véhicule respecte bien les normes.

L’endroit idéal pour faire le contrôle technique de camping-car

Le contrôle technique de camping-car est à réaliser dans un centre agrée en France. Vous n’avez qu’à vous présenter avec votre certificat d’immatriculation ou votre carte grise. Si vous recherchez un centre de contrôle technique de camping-car agrée, rendez-vous à SECURITEST. Il dispose d’une certification CARREFOUR ENTREPRISE SARTHE attestant de la qualité du contrôle technique réalisé sur les lieux. La société s’occupe également d’autres types de tests auto : 4×4, GPL, électrique, hybride, etc. Pour prendre un rendez-vous ou pour demander un devis, n’hésitez pas à vous servir du formulaire disponible sur son site web. Pour obtenir une réponse rapide, appelez au 02 43 28 03 00. Vous pouvez aussi vous rendre directement à l’Avenue Des Frères Renault Espace Commercial Auchan, 72650, LA CHAPELLE-SAINT-AUBIN. La société est ouverte du lundi au samedi de 09h à 19h.

 

 

 

 

 

 

La bâche laquée Panama, une couverture résistante pour protéger votre véhicule

Les professionnels du transport sont tous conscients de l’importance de la couverture de camion et de l’utilisation des bâches. Il existe en effet plusieurs types de bâches pour camion dont la bâche à arche fixe, la bâche pliable et la bâche latérale de toute sorte. Toutefois, plusieurs motifs les poussent à choisir la bâche laquée Panama qui est une bâche à coulissement latéral, les voici.

Excellent tissu

Le tissu de fabrication de la bâche laquée Panama est le polyester recouvert de PVC. Laqué sur les deux faces, il est réservé pour les rideaux coulissants latéraux des véhicules. Certains s’en servent aussi comme portes rapides industrielles. Ayant une haute ténacité, ce tissu trouve bien sa place dans les endroits où une résistance et une flexibilité optimale sont nécessaires.

En plus, en comparaison aux matériaux traditionnels, cet article a un faible poids par unité de surface : 900 gr/m².

Facile à entretenir

Les tissus de fabrication de la bâche laquée Panama sont très faciles à entretenir. Étant donné que la surface de tissu est faite en plastique et sans pores, les salissures ne s’y adhèrent pas facilement. Même les souillures qui s’y collent sont faciles à éliminer.

En fait, quand les salissures et les substances indésirables s’accumulent trop longtemps sur votre bâche camion, la finition des toiles en PVC peut être endommagée. Cela accélère également sa détérioration et la croissance des champignons ainsi que des moisissures. De ce fait, les fabricants recommandent un nettoyage régulier de la toile.

Pour ce faire, vous avez tout simplement besoin de l’essuyer avec une éponge imbibée d’eau savonneuse. Il suffit de rincer le tissu à l’eau propre puis de le sécher complètement déployé pour qu’il ait l’air flambant neuf.

Il est conseillé d’utiliser des détergents non-ioniques, c’est-à-dire neutre, et ayant un faible pourcentage d’alcool. Abstenez-vous à l’usage de détergents comportant trop d’acide ou d’alcalin. Pareil pour les dissolvants et les agents blanchisseurs tels que l’eau de Javel ou l’eau oxygénée. Vous éviterez d’endommager la finition de la toile si vous n’utilisez plus de substances ou de brosses abrasives. Les systèmes de nettoyage par jet d’eau à haute pression ne sont pas non plus très convenables pour le nettoyage de ce matériau.

Plusieurs couleurs au choix

Sa formulation spéciale permet à ce type de toile d’offrir aux professionnels du transport en camion une grande solidité de couleur. Quelle que soit la couleur et le style de personnalisation de votre camion, la bâche laquée de Panama ne fera qu’augmenter sa beauté. En outre, vous avez la possibilité de choisir entre 11 couleurs différentes.

Adaptée à plusieurs usages

Sa largeur de trois mètres fait de cette bâche sur mesure un excellent tissu pour confectionner des rideaux coulissants latéraux de camions. En plus, vous pouvez obtenir des bords nets lors de l’impression. Sans raccord, il peut se coudre, se coller et s’agrafer. Il n’est pas uniquement conçu pour les camions, mais également pour les véhicules utilitaires, industriels et autres. Si vous êtes intéressé, LAHAYE Solutions peut vous en fournir.

Résistante à tout

Étant donné que la bâche laquée est conçue avec du PVC, elle bénéficie de tous les avantages de ce matériau. Ce dernier est, en fait, renommé pour sa résistance et son parfait isolation. En plus, il est possible de le recycler. C’est la raison pour laquelle les toiles en PVC ont une grande notoriété dans plusieurs domaines : recouvrement de marchandises, couverture de piscines et d’étangs, architecture textile, etc. Autre avantage, ce matériau ne se déchire pas facilement.

De par sa protection solaire, la bâche laquée Panama ne cède pas à la lumière solaire. Imperméable, ce tissu peut vous accompagner dans les plus fortes tempêtes sans laisser mouiller vos objets.

Chauffeur de poids lourd : comment doit-il organiser son temps de conduite et de repos ?

La durée du travail des conducteurs routiers dans le transport de marchandises est régie par plusieurs dispositions, notamment des dispositions communautaires, des dispositions générales du code du travail, et des dispositions spécifiques au transport routier. La conduite de nuit s’accompagne de dangers multiples, lesquels sont accentués dans le cas où le chauffeur ne se repose pas correctement. C’est ainsi que la loi encadre très minutieusement les temps de conduite et de repos des chauffeurs de poids lourd.

Règlement régissant la durée maximale de conduite

Le temps de conduite des véhicules poids lourds correspond au temps que chaque conducteur passe au volant de manière continue, journalière et hebdomadaire. Définie par le règlement social européen n° 561/2006 du 15 mars 2006, la réglementation concerne trois contextes bien distincts. Les chauffeurs français ou européens effectuant un transport pour leur propre compte ou pour le compte d’autrui, qu’ils soient salariés ou indépendants, et qu’ils soient au volant d’un véhicule de plus de 3.5 tonnes doivent impérativement respecter cette loi. Pour une conduite journalière, le chauffeur ne doit pas se tenir au volant plus de 9 heures, mais peut être portée à 10 heures deux fois par semaine. La durée de conduite journalière se calcule entre deux repos journaliers ou entre un repos journalier et un repos hebdomadaire. Pour la conduite hebdomadaire par contre, la durée au volant est limitée à 56 heures pour une semaine ou 90 heures durant deux semaines consécutives.

Règlement sur le temps de repos minimal

Le respect de la loi régissant la conduite des véhicules lourds protège non seulement des dangers de la route, mais évite également de devoir payer des amendes parfois conséquentes. Le repos journalier est fixé à 11 heures au minimum. Dans chaque période de 24 heure écoulée  après la fin d’un repos journalier ou d’un repos hebdomadaire, le conducteur doit avoir pris un nouveau repos journalier. En outre, la durée de repos hebdomadaire normal est estimée à 45 heures consécutives. Les heures de repos non prises doivent être récupérées dans les trois semaines qui suivent, en un seul bloc rattaché à un autre repos d’au moins 9 heures. Le chauffeur doit commencer son repos hebdomadaire au plus tard à la fin de 6 périodes de 24 heures à compter du temps de repos hebdomadaire précédent.

Quoiqu’il en soit, il existe quand même des exceptions. En effet, la durée du repos journalier peut être réduite à condition que le repos pris soit d’au moins 9 heures et dans la limite maximum de 3 fois entre deux repos hebdomadaires. Elle peut également être fractionnée, mais la durée reste la même. Le repos journalier peut être fractionné en deux périodes, c’est-à-dire une période de 4 heures suivie d’un trajet de 9 heures dans les 24 heures.

Y a-t-il des sanctions en cas de non-respect des règlements ?

Des sanctions sont applicables aussi bien pour une durée de conduite excessive que pour des durées de repos inférieures à celles fixées par la réglementation. En effet, le chauffeur doit payer une amende forfaitaire pouvant aller de 135 euros à 375 euros en cas de retard de paiement. En cas de récidive, l’amende peut s’élever à 1500 euros, voire 3000 euros. L’employeur devra s’acquitter de l’amende s’il est responsable du non-respect de la loi tandis que c’est le chauffeur qui doit s’en acquitter si le non-respect de la réglementation lui est imputable. En tout cas, des enquêtes sont toujours ouvertes pour déterminer les origines du non-respect de cette réglementation. De tout façon, lorsque vous poursuivez une formation en conduite de poids lourd, toutes ces lois vous seront communiquées ainsi que plusieurs autres règlements à savoir sur le bout des doigts avant de vous livrer votre permis de conduire.

Découvrez les trois modèles de sièges auto RECARO les plus prisés !

Depuis quelques années, la notion de transport évolue de manière considérable. Elle abandonne le concept de rapidité et adhère à celui du confort. Une étude confirme que la sérénité d’un voyage dépend du confort des sièges du véhicule. La société allemande Recaro se démarque de ses concurrents en se souciant du bien-être de toute la famille. En particulier, elle se focalise sur l’optimisation du confort infantile. Pour ce faire, elle n’hésite pas à déployer plusieurs moyens techniques et technologiques afin de satisfaire ses consommateurs.

Les spécificités de la marque

Le souci du détail

La notoriété de la marque Recaro sur le marché est le fruit de plusieurs années de recherches acharnées. Il faut savoir que chaque produit résulte d’une étude détaillée afin de satisfaire de manière optimale les attentes du consommateur. Par exemple, la fabrication des sièges pour bébés est précédée d’une étude pédiatrique très stricte sur les parties sensibles et les gestuelles de l’enfant en question. Une fois le produit conçu, il fait l’objet de nombreux tests pratiques. Ce souci du détail est priorisé de la conception à la réalisation de chaque siège.

Le bien-être avant tout

Recaro est devenu une référence de bien-être pour les fans de voyage. Les performances suivantes contribuent à converger le choix des consommateurs vers les sièges automobiles qu’elle propose :

      • La maîtrise des normes de fabrication exigées par les constructeurs automobiles ;
      • L’optimisation des variables sécuritaires ;
      • La qualité du matériau de fabrication de la sellerie automobile ;
      • L’apport esthétique apporté à l’intérieur du véhicule ;
      • Le confort des passagers de tout âge.

L’innovation

Les sièges Recaro sont évolutifs. En effet, l’innovation constitue le point fort de la marque. L’entreprise ne se focalise pas seulement sur la création, elle innove. Cette tendance à l’amélioration de l’existant a un atout majeur : le perfectionnement. De cette manière, Recaro installe une relation de confiance, basée sur l’écoute, avec ses consommateurs. En prenant en compte les critiques constructives, elle intègre ces derniers dans le processus d’innovation. Le produit obtenu est alors personnalisé.

Top 3 des sièges auto RECARO

N°1 : Recaro Young Sport Hero

Cette merveille est un siège enfant âgé de 9 à 12 kg. Elle pèse 8,2 kg et supporte un poids allant jusqu’à 36 kg. Ce produit d’excellence est le fruit du réajustement du précédent Young Sport, qui a connu un grand succès commercial. Cette dernière a fait l’objet d’une optimisation de la sécurité des parties sensibles aux chocs (tête, épaules, abdomen). Cela est rendu possible grâce aux absorbeurs de chocs intégrés dans le siège auto. Par ailleurs, Recaro mise sur la pérennité de ce produit. En effet, le siège peut être réajusté en fonction de la croissance de bébé, sans altérer la sécurité et le confort du siège. De plus, sa sellerie peut être déhoussée et nettoyée.

N°2 : Recaro Privia

Les simulations de crash faites sur le Recaro Privia confirment qu’il s’agit de l’unique siège automobile qui optimise la sécurité du bébé jusqu’à son quinzième mois. Cet atout sécuritaire lui attribue la deuxième place. Cette version a tout prévu. L’appui-tête, le système de fixation de l’enfant et la sécurité latérale grâce au système Advanced Side Protection (ASP). Ce modèle de siège a su combiner sécurité, confort et légèreté.

N°3 : Recaro Milano

Leader du groupe 0/0+, la version Milano accède à la troisième place du classement grâce à son engagement sécuritaire. En effet, le Stiftung Warentest valide les efforts sécuritaires intégrés dans ce siège. Sur cette version, l’entreprise pense à tout :

    • La possibilité de positionner différemment la tête du bébé, tout en maintenant sa sécurité ;
    • L’option d’inclinaison évitant la fatigue de la colonne vertébrale du nouveau-né, toujours sécurisée ;
    • La qualité de couverture du siège confirme l’œuvre du professionnel de la sellerie ;
    • La prévention des mesures automatiques de sécurité telles que l’absorbeur de chocs.

Préserver la performance de la batterie, ce que vous devez faire

Une voiture constitue une véritable source de gaspillage d’argent lorsqu’elle est mal entretenue. Que vous soyez dans l’activité de transport ou non, il est primordial d’avoir des notions en mécanique ou tout simplement des conseils en utilisation optimale de pièces d’automobile comme la batterie afin de réduire les dépenses liées à l’entretien.

La batterie est un composant principal de la voiture. Elle fournit l’électricité pour alimenter tous ses accessoires électriques et assure son démarrage par le transfert du courant au système de motorisation. Composé d’un alternateur, ce dernier va ensuite recharger automatiquement la batterie durant le trajet. Ainsi, la voiture roule de façon continue. Une fois à l’arrêt, elle maintient en marche les équipements électriques comme les phares, la radio, le GPS. Ainsi, vous pouvez klaxonner pendant le stationnement, verrouiller la porte et monter les vitres électriques lorsque vous garez votre voiture.

Les facteurs de dégradation de la batterie et quelques recommandations

      • La décharge exagérée de la batterie

Faute de négligence, la batterie se dégrade rapidement. Parmi les causes se trouve la décharge importante du niveau de la batterie. Sa part journalière ne doit pas excéder 50% de sa capacité totale. Ainsi, par exemple, la décharge au-delà de 80 % doit être exceptionnelle et requiert quelques heures de recharge (max 48 heures).

Les causes de décharge rapide de la batterie

Sachez que la décharge d’une batterie peut être due au manque d’attention. Par exemple, si vous avez oublié d’éteindre les phares ou lorsque vous avez mal fermé le coffre pendant la nuit, il est évident que votre batterie sera à plat. Par ailleurs, une batterie ancienne se décharge rapidement, car elle ne peut plus stocker la charge complète. En moyenne, un véhicule a une durée de vie de 4 à 5 ans. Vous pouvez identifier ce mauvais état de la batterie à travers la difficulté de démarrage de la voiture. Dans ce cas, il est temps de la remplacer pour éviter une panne en pleine route. En outre, lorsque votre batterie est en bon état, mais que la charge s’avère insuffisante, il se peut que le problème vienne de la défaillance d’un alternateur ou tout simplement du dysfonctionnement de la batterie. Pour résoudre ce problème, il est conseillé de faire appel au service d’une entreprise automécanique comme le garage UNITHI, à Aulnay-sous-Bois.

    • Le mauvais chargement

A l’instar de la décharge importante, le mauvais chargement a un impact néfaste sur la performance de la batterie. Il peut s’agir d’une surcharge ou d’un manque de chargement.

    • La surcharge de la batterie

La surcharge entraîne l’échauffement des composants chimiques de la batterie. On peut citer l’évaporation de l’électrolyte et l’éclatement des matériaux actifs, ce qui endommage l’appareil. Cette charge excessive est causée par une élévation importante de la tension d’alimentation allant à plus de 2.4 volts par cellule. Cette erreur de chargement est souvent liée à la mauvaise configuration au niveau du régulateur d’alternateur. Dans ce cas, faites diagnostiquer votre véhicule auprès d’un garagiste professionnel.

    • L’insuffisance de charge

La préservation de la batterie commence par la recharge régulière et le maintien de la charge au minimum à 50 % de sa capacité. Cela évite les problèmes liés à l’insuffisance de charge.

Cette dernière est souvent provoquée par le court trajet et l’utilisation occasionnelle d’une voiture. En effet, après le démarrage, le courant électrique prend le temps d’alimenter suffisamment l’alternateur qui, à son tour, va recharger la batterie. Ainsi, lorsque vous faites souvent de courts trajets, ce procédé de fonctionnement n’est pas respecté ou complété, ce qui fragilise la performance de l’alternateur, mais entraîne aussi la sulfatation de la batterie. Il est donc recommandé de faire souvent de longs trajets pour éviter ce genre de problème.

    • Les températures extrêmes

La température extrêmement froide ou chaude réduit la durée de vie de la batterie. En effet, au même titre que le phénomène de surcharge, le pic de la température peut causer des réactions chimiques moins agréables à l’intérieur de l’appareil. Il en est de même pour le froid, il réduit le fonctionnement de la batterie, qui travaille seulement à 50 % de sa capacité totale.