En quoi consiste le décalaminage moteur ?

La calamine est un résidu d’hydrocarbures imbrûlés qui est présent dans le moteur d’un véhicule au fil des années. Ce dépôt peut engendrer des pannes s’il n’est pas retiré dans les plus brefs délais et comme il se doit. Pour cela, il convient de réaliser le décalaminage moteur. En quoi consiste cette opération ? Comment y procéder ? Quand faut-il réaliser le décalaminage moteur ? Réponses.

Le décalaminage moteur : c’est quoi ?

Le décalaminage moteur est un procédé qui consiste à éliminer du système de refroidissement du moteur la calamine, une substance qui est susceptible de l’obstruer. Cela peut aussi inclure le tartre, la boue et tout autre dépôt qui s’est accumulé au fil du temps. En effet, tous ces dépôts sont responsables d’un grand nombre des problèmes qui affectent les moteurs, tels qu’une faible consommation de carburant, des performances réduites et des émissions plus élevées. Le calaminage moteur peut être un moyen très simple et abordable d’améliorer les performances du véhicule et de le rendre plus fiable en prévenant les problèmes futurs.

Comment se déroule le décalaminage moteur ?

Il existe trois moyens de réaliser le décalaminage moteur :

– Le décalaminage hydrogène : il consiste à utiliser une machine hydrogène pour enlever la calamine présente dans le moteur.

– Le décalaminage avec additifs : il consiste à retirer les dépôts grâce à des produits chimiques versés dans le réservoir.

– Le décalaminage en roulant : cette technique permet de décrasser le moteur en roulant à un certain kilomètre.

Quelle que soit la méthode choisie, il est important de faire appel à un expert en décalaminage moteur qui dispose de l’équipement adéquat pour effectuer le travail correctement. En effet, le décalaminage n’est pas un travail de bricolage. Il demande un certain savoir-faire pour éviter d’aggraver la situation.

Quels sont les avantages du décalaminage moteur ?

Le décalaminage moteur est avantageux sous divers points de vue. En premier lieu, il assure le bon fonctionnement du moteur de votre voiture étant donné qu’il s’agit du cœur du véhicule. C’est la seule partie qui génère la puissance permettant à une automobile de rouler.

Le décalaminage est aussi un processus qui permet de maintenir les performances de votre véhicule et de réduire le coût d’entretien. Dépourvue de suie, votre voiture ne connaîtra aucune panne pendant certaines années. Aussi, les pièces ne risquent pas d’être affectées. Néanmoins, il convient d’entretenir de temps en temps la voiture pour la maintenir en bon état. Cette démarche est d’ailleurs recommandée pour éviter les problèmes d’encrassement pouvant causer le remplacement de pièces onéreuses comme la pompe à injection et la vanne.

Le décalaminage est favorable à l’environnement en réduisant l’émission des fumées.

Décalaminage moteur : quand procéder ?

Il n’existe aucune obligation concernant le moment idéal pour réaliser le décalaminage moteur d’un véhicule. Néanmoins, certains signes devraient vous alarmer :

– La performance du moteur est en baisse ;

– Le véhicule consomme plus de carburant que d’habitude ;

– Le moteur fait des bruits et a une difficulté à démarrer ;

– Les fumées s’opacifient ;

– Les suies brûlent sans cause et autres.

Ces problèmes sont souvent constatés chez les véhicules à motorisation diesel. Pour les autres voitures, il convient de faire examiner le moteur lors d’un entretien mensuel.

Quel est le prix d’un décalaminage moteur ?

Le prix d’un décalaminage moteur varie de 60 à 180 euros. Le tarif dépend des services proposés par le professionnel contacté et l’état du moteur. Si l’encrassement de ce dernier est plus important, il va sans dire que le prix sera plus élevé, car le garagiste serait obligé d’utiliser une technique de décalaminage plus complexe.

Notez que si un changement de pièce s’impose, l’achat est souvent à la charge du propriétaire du véhicule. Le professionnel facturera uniquement le prix de son intervention.

Guide d’utilisation d’un kit de réparation de pneu

Être victime de crevaison au beau milieu d’une autoroute ne sera plus un problème grâce au kit de réparation de pneu. Ce dernier vous permet d’être bien équipé, avec tous les équipements dont vous aurez besoin pour réparer un pneu crevé. Toutefois, son utilisation peut vous être étrangère. Découvrez-tout dans cet article.

Un kit de réparation de pneu, c’est quoi ?

Avant d’utiliser un kit de réparation de pneu, il est important de savoir ce que s’est. Comme mentionné précédemment, le kit de réparation de pneu est un matériel servant à réparer un pneu crevé, afin de continuer sa route à distance limitée et procéder à son changement. C’est une solution considérable dans le cas où vous vous trouvez sur une autoroute loin de tout atelier de garagiste. Il vous permettra de remplacer immédiatement le pneu et de rouler jusqu’au prochain garage.

Quels sont les différents types de kit de réparation de pneu ?

Actuellement, il existe différents types de kit de réparation de pneu sur le marché, ce qui vous permet d’avoir un large choix et de trouver un kit pouvant répondre à vos besoins :

    • la bombe anti-crevaison : étant le plus facile à utiliser et le moins onéreux du marché, ce type de kit de réparation de pneu consiste à placer une bombe sur la valve et à injecter un produit permettant de colmater le trou ;
    • le kit de réparation de pneu par mèches : par rapport au précédent modèle, celui-ci est doté de plusieurs équipements, tels que plusieurs mèches, une tube de colle et d’autres outils. Elle consiste à extraire tout corps étranger pour colmater le trou grâce à la mèche ;
    • le kit de réparation de pneu par champignons : ce kit nécessite le démontage du pneu. Étant la solution la plus efficace, elle permet, dans un premier temps, de vérifier l’état du pneu et de réparer par la suite la partie crevée.

Comment utiliser un kit de réparation de pneu ?

Actuellement, de nombreuses voitures ne sont plus équipées de roue de secours, ce qui favorise l’utilisation d’un kit de réparation en cas de crevaison. Pourtant, il peut être assez difficile de comprendre son fonctionnement dans le cas où vous ne l’avez jamais utilisé. Mais, ce dispositif n’est pas si compliqué si vous suivez correctement les indications.

Tout d’abord, il vous faudra respecter ces quelques conditions :

    • trouver le garagiste le plus près de votre position. En effet, le kit de réparation ne peut garantir qu’un trajet d’une cinquantaine de kilomètres ;
    • la crevaison doit se situer sur la bande de roulement et la structure interne du pneu ne doit pas être endommagée ;
    • la voiture ne doit pas être immobilisée trop longtemps avec un pneu crevé.

Le kit de réparation de pneu comprend généralement une petite bombonne, un petit compresseur et une paire de gants jetables. Pour l’utiliser, il fait commencer par prendre certaines précautions de base, comme arrêter le moteur, allumer les feux de détresse et porter un gilet fluorescent, obligatoire en cas de panne. Il ne faut pas oublier d’installer le triangle si vous êtes au bord de la route.

Il faut également contrôler l’état de votre pneu. Une fois avoir déterminé l’origine de la crevaison, qui doit être sur la bande de roulement, il faut vous assurer que le trou soit d’une longueur inférieure à 4 mm. Sans cela, la résine ne sera pas efficace. Dans le cas où, le pneu est coupé, il faut appeler immédiatement une assistance.

En outre, vous devez lire attentivement les instructions d’utilisation. Il faut, par la suite, visser le réservoir de résine à la valve pour qu’elle puisse se répartir dans le pneu. Généralement, en distribuant la résine, le kit gonfle en même temps que le pneu. Il ne faut pas oublier de vérifier que la pression est bonne.

FAQ sur la transmission intégrale

La transmission intégrale (AWD) est un système qui actionne toutes les roues de votre voiture, et pas seulement les roues arrière. Elle est conçue pour les conduites sur les routes enneigées et les collines glissantes. Le système AWD fonctionne grâce à des boîtes de vitesses séparées pour chaque essieu et à des capteurs qui contrôlent celui qui envoie le plus de puissance à un moment donné. Découvrez dans cet article plus de détails sur la transmission intégrale.

Comment fonctionne le système AWD

Dans une voiture à transmission intégrale, il y a quatre roues motrices et non deux. La première transmission alimente les roues arrière, et l’autre celles en avant. Lorsque la voiture accélère ou lorsque vous montez une côte, les roues avant ont besoin de plus de puissance. Une voiture à transmission intégrale dispose d’ une série de différentiels ainsi que de capteurs. Ce sont des systèmes d’engrenages qui permettent de transférer la puissance à chaque roue. La plupart des voitures ont un différentiel « verrouillé », ce qui signifie que toute la puissance est transmise à une seule roue. Lorsque ces systèmes sont « ouverts », la puissance est répartie entre les roues avant et arrière de chaque côté de la voiture. Lorsqu’une voiture à transmission intégrale gravit une côte, les roues avant prennent plus de puissance que les roues arrière. Sachez que l’installation et la réparation d’une transmission intégrale doit être confiée à un professionnel comme le GARAGE DE LA SABLIÈRE situé à Étampes. Ses garagistes sont également spécialisés dans la réparation de carrosserie et de peinture automobile.

Notions de base sur la transmission intégrale

Une voiture à transmission intégrale (AWD) a des roues motrices à l’avant et à l’arrière. Cela signifie qu’elle bénéficie de la traction des quatre roues, même si vous roulez sur une route glissante. C’est très avantageux si vous conduisez en hiver où les routes sont couvertes de neige et de glace. Dans une voiture à transmission intégrale, le moteur entraîne un dispositif appelé « boîte-pont ». La boîte-pont envoie la puissance à une « boîte de transfert ». La boîte de transfert transmet la puissance aux deux roues motrices. Une voiture à transmission intégrale n’est pas simplement une voiture dont toutes les roues sont motrices. Il s’agit d’un système entièrement différent de celui d’une voiture standard.

L’utilité de la transmission intégrale en hiver

Grâce à la transmission intégrale, vous obtiendrez une meilleure traction dans la neige qu’avec une voiture à propulsion arrière. En effet, avec une voiture à traction avant, environ la moitié de la puissance du moteur est transmise aux roues arrière. Par contre, avec une voiture à transmission intégrale, toute la puissance est transmise aux roues avant. La boîte de transfert d’une voiture à transmission intégrale peut diriger toute la puissance des roues avant vers les roues arrière si nécessaire. Ce n’est pas possible avec une voiture à traction avant, car ce sont les roues avant qui entraînent la voiture.

Avantages d’une voiture à transmission intégrale

Meilleure traction dans la neige et sur la glace

Si vous conduisez en hiver, en particulier dans des régions où il y a beaucoup de neige ou de glace, une voiture à transmission intégrale vous offrira une meilleure traction qu’une voiture à traction avant.

Meilleure conduite hors route

Les voitures à transmission intégrale sont également pratiques si vous conduisez hors route. En effet, elles offrent une meilleure adhérence dans la boue et le sable sans risquer de perdre le contrôle de la voiture.

Une voiture plus facile à conduire

Il n’est pas nécessaire d’être un pilote de course professionnel pour tirer le meilleur parti d’une voiture à transmission intégrale.

Les inconvénients d’une voiture à transmission intégrale

En plus d’être difficiles à entretenir, les systèmes de transmission intégrale sont plus compliqués qu’un système à quatre roues motrices standard. Elles sont également plus lourdes que les voitures à traction avant, ce qui peut entraîner une accélération plus lente et une usure prématurée des pneus. Cela implique aussi un surplus de consommation de carburant.

Les voitures à transmission intégrale coûtent plus cher à l’achat que les voitures à traction avant.

Comment remplacer la batterie de votre voiture ? Guide complet

En cas de problème de batterie, votre voiture aura du mal à démarrer. Dans ce cas, vous devez remplacer la batterie au plus vite. Cependant, cette opération peut s’avérer délicate, si vous ne savez pas quoi faire ni où trouver la batterie de rechange. Mais rassurez-vous, nous allons vous donner quelques astuces pour y parvenir. Dans cet article de blog, nous allons vous montrer comment remplacer la batterie de votre voiture.

Préparer le matériel nécessaire pour remplacer la batterie

Pour accomplir cette tâche, vous devrez disposer de quelques outils. Vous pouvez acheter un kit de remplacement de batterie de voiture en ligne ou dans un magasin de pièces automobiles local. Le kit comprendra un outil de remplacement de la batterie, des gants, un cric de voiture et une batterie de rechange. Si vous remplacez la batterie d’une voiture équipée d’un moteur à combustion interne (ICE), vous devrez avoir à portée de main une clé à molette ou une clé à douille. En plus de ces outils, vous devez vous assurer que vous disposez d’un endroit propre et bien éclairé pour travailler. Une surface propre facilitera le travail sur les bornes et le câblage de la batterie. Portez ensuite des gants lorsque vous travaillez sur la batterie et les fils détachés. Et veillez à ne pas toucher les bornes à mains nues pour éviter les décharges électriques.

Retirer l’ancienne batterie

Pour commencer, vous devez débrancher la batterie de la voiture. Pour ce faire, localisez les bornes positives et négatives près des batteries. Débranchez ensuite les câbles des bornes à l’aide d’une clé ou d’une clé à douille. Ensuite, jetez un coup d’œil à la batterie et voyez comment elle est maintenue en place. Utilisez après un cric de voiture pour retirer la batterie du compartiment ou trouver un moyen de soulever la batterie hors du compartiment. Une fois la batterie usagée sortie, vous pouvez nettoyer le compartiment avec un chiffon humide. Cela vous aidera à voir s’il y a des pièces détachées ou des débris que vous devez enlever. En outre, vérifiez les bornes de la vieille batterie et voyez s’il y a de la corrosion ou de la rouille. Si c’est le cas, nettoyez-les à l’aide d’une brosse métallique avant d’installer la nouvelle batterie.

Installer la nouvelle batterie

Maintenant que l’ancienne batterie a été retirée, il vous reste à installer la nouvelle. Tout d’abord, placez la nouvelle batterie dans le compartiment et mettez-la en place. Connectez d’abord la borne positive. Assurez-vous qu’elle soit bien fixée, sans trop la serrer. Une fois que c’est fait, connectez la borne négative. Là encore, serrez-la bien, mais pas trop. Enfin, fermez le capot de la voiture et essayez de la faire démarrer. Si elle ne démarre pas, vérifiez que tous les fils sont correctement connectés et qu’il n’y a pas de débris dans le compartiment. Si la voiture ne démarre toujours pas, vérifiez à nouveau les bornes pour vous assurer qu’elles ne sont pas desserrées. Si c’est le cas, serrez-les ou resserrez-les si nécessaire.

Rebrancher le câble positif

Tenez bien le câble positif tout en évitant qu’il ne soit en contact avec des objets métalliques. Détachez ensuite le serre-câble et placez la cosse sur la borne positive, fixez-la bien. Procédez au resserrage d’écrou. Et remettez le cabochon à sa place.

Rebrancher le câble négatif

Vous allez répéter la même opération, pour le câble négatif. Faites bien attention, au risque de court-circuit. Branchez le câble noir sur la borne négative de la batterie. Fixez la cosse et verrouillez l’écrou. Ensuite, il ne vous reste plus qu’à remettre le cabochon à sa place. Et retirez la graisse à l’aide d’un torchon.

Abaisser le capot et essayer de démarrer

Avant de remettre le capot, assurez-vous que chaque pièce soit remise à sa place. Pour vérifier que la nouvelle batterie est bien installée, inspectez les voyants du tableau de bord. S’ils s’allument, votre véhicule devra pouvoir démarrer sans problème. Enfin, assurez-vous également que tous les appareils électriques marchent bien.

En bref, pour remplacer la batterie de votre voiture, vous allez procéder étape par étape. Toutefois, vous devez faire très attention durant l’opération. Vous pouvez trouver des batteries de qualités auprès de l’entreprise ESPACE 110 à Saint-Denis.

Parallélisme automobile : de quoi s’agit-il ?

Le parallélisme d’un véhicule doit être toujours neutre pour éviter une usure anormale des pneus et une surconsommation de carburant. Mais de quoi s’agit-il exactement ? Découvrez la réponse dans l’article qui suit.

Qu’est-ce que le parallélisme automobile ?

Faisant partie des réglages des axes de roues, le parallélisme automobile appartient à la partie géométrique qui se concentre sur les angles des pneus. Les réglages effectués sur les roues doivent faire en sorte qu’elles sont parallèles et forment un angle droit par rapport au sol. Ainsi, la roue concernée ne risque pas de subir d’usure prématurée par rapport aux autres. De plus, un parallélisme correct optimise la sécurité sur la route vu que le conducteur ne risque pas de déraper dans les virages. Cela renforce également la stabilité et la tenue de route du véhicule. Autrement dit, un parallélisme parfait permet de rouler en tout confort et de réduire les effets de bord même en traversant des nids de poule.

Quels sont les différents types de parallélisme ?

D’une part, il existe le parallélisme pincé ou positif qui se manifeste lorsque deux roues forcent l’une vers l’autre. Ce type de parallélisme affecte l’extérieur des pneus en poussant les roues avant vers l’intérieur. Dans ce cas, bien que rouler à une vitesse élevée semble confortable, le véhicule a du mal à s’orienter vers la bonne direction. De plus, les rotules et la crémaillère peuvent être affectées par ce mauvais réglage. Si le parallélisme pincé affecte les roues arrière, on ressent plus de stabilité tandis que l’avant peut déraper à tout moment.

D’autre part, lorsque l’intérieur des pneus est usé prématurément, on parle de parallélisme ouvert ou négatif. Dans ce cas, les roues forcent dans des directions opposées, ce qui provoque des pannes au niveau des essieux. Si les roues avant sont ouvertes, la direction semble plus incisive bien que le véhicule soit moins stable à grande vitesse. Si ce type de défaut de parallélisme concerne les roues arrière, celles-ci risquent de déraper bien que le véhicule réponde plus rapidement.

Bon à savoir : les roues motrices subissent automatiquement du parallélisme pincé à l’accélération, que vous ayez un véhicule à traction ou à propulsion. Cependant, les roues non motrices d’une voiture à propulsion subissent du parallélisme ouvert à l’accélération.

Comment résoudre un défaut de parallélisme ?

Pour que le parallélisme d’un véhicule devienne neutre, rendez-vous dans un garage. Le professionnel en charge du réglage utilise un banc ou un appareil à faisceau laser. Par ailleurs, vous pouvez procéder aux réglages vous-même à l’aide d’une ficelle bien que ce ne soit pas toujours fiable. Pour ce faire, préparez la voiture en testant la pression des pneus et en la réglant selon la recommandation du constructeur. Déterminez ensuite les mesures du parallélisme selon les recommandations du constructeur sur le carnet d’entretien ou la revue technique. Pour ce faire, les étapes suivantes sont à suivre :

• traçage d’un repère au milieu de la bande de roulement des roues ;

• ajustement des roues dans une position droite en poussant la voiture à la main sur quelques mètres avec un volant bien droit et bien centré ;

• immobilisation du volant sur une surface plane ;

• utilisation de ficelle non-élastique ou d’un fil rigide pour la mesure du parallélisme ;

• identification de la distance entre les repères tracés sur les roues avant puis sur les roues arrière ;

• calcul de la différence entre les deux mesures.

Si les mesures obtenues ne sont pas identiques, réglez le défaut de parallélisme au niveau des rotules de direction. Ainsi, desserrez le contre-écrou de celles-ci tout en la maintenant. Ensuite, vous pouvez :

• soit tourner la rotule vers l’intérieur ou vers l’extérieur selon le type de parallélisme pour une direction à crémaillère ;

• soit manipuler les manchons de réglage pour une suspension à double triangulation.

Focus sur le contrôle antipollution de voiture

La pollution atmosphérique est un phénomène qui touche le monde entier. Selon les statistiques, elle serait à l’origine de la dégradation de l’environnement et du climat depuis des décennies. Si aucune mention radicale n’a encore été prise par les autorités il y a 30 ans, ce n’est plus le cas désormais. De nos jours, la pollution atmosphérique est combattue et réglementée sous toutes ses formes. Étant donné que les voitures font partie des plus pollueurs, des contrôles spéciaux ont été mis en place. Focus sur le contrôle antipollution de voiture et les points à maîtriser sur le sujet.

 

Les véhicules concernés par le contrôle anti-pollution

Le contrôle anti-pollution concerne une catégorie spécifique de voitures :

  • • Les véhicules utilitaires légers dont le poids total est inférieur à 3,5 tonnes ;
  • • Les voitures diesel et à essences ;
  • • Les véhicules à moteur lourds  (les camions ou les bus) ;
  • • Les camionnettes ;
  • • Les fourgons ;
  • • Les pick-ups.

Pour savoir si une voiture parmi celles mentionnées ci-dessus a bien été validée suite à un contrôle technique anti-pollution, il suffit de vérifier la carte grise. Une mention CTTE devrait être visible.

Pour rappel :

• Les véhicules utilitaires des sociétés et des entreprises sont les principaux concernés par cette mesure ;

• Le contrôle technique anti-pollution des véhicules utilitaires anciens n’est pas obligatoire. A la seule condition que ces derniers aient été mis en circulation avant octobre 1972 (à essence) ou en janvier 1980 (diesel).

La réalisation d’une visite anti-pollution

Certaines réglementations encadrent spécifiquement la réalisation des visites anti-pollution. Il est donc à noter que :

• Elle doit être réalisée avant le 12 ème mois après le contrôle technique classique. La date limite est inscrite sur le procès verbal du CT ou sur la vignette ;

• Elle doit être réalisée en cas de défaillance majeure décelée lors de la visite technique classique. Dans ce cas de figure, vous disposez de deux mois pour réaliser les réparations nécessaires avant de repasser la contre-visite anti-pollution.

Si vous souhaitez réaliser une visite anti-pollution pour votre véhicule, vous pouvez effectuer une demande auprès d’un centre de visite automobile agréé.

Lors de celle-ci, les spécialistes vérifient plus de 132 points. Vous pouvez consulter chacun d’entre eux en détail sur le site du ministère, mais les voici dans les grandes lignes :

  • • La mesure sur le taux de monoxyde de carbone ;
  • • La valeur lambda du gaz d’échappement ;
  • • La mesure de l’opacité.

A la fin de la visite anti-pollution, vous recevrez un procès verbal spécifique dans lequel sera notée la réussite ou non de l’examen. La réalisation de ce type de visite ne prend pas plus de 30 minutes, sauf complications. Vous n’aurez donc qu’à consacrer dans les environs de 45 mn de votre temps avec les démarches administratives à effectuer au final.

Les enjeux du contrôle technique anti-pollution

La mise en place du contrôle technique anti-pollution vise plusieurs buts en même temps. Non seulement, elle permet de protéger le conducteur, les autres usagers de la route, mais surtout l’environnement. Des cas d’accidents, suite à une émanation forte de fumées polluantes, ont été enregistrés par les autorités, menant à la perte d’innombrables vies humaines en métropoles (et en campagne). De plus, les spécialistes se sont rendus compte que ces émanations ont un effet négatif sur l’environnement. De même, le contrôle technique anti-pollution prend une énorme place dans la classification des voitures épaves et leurs sorties de circulation. Une stratégie qui vise à rendre les routes plus sûres pour les usagers, tout en protégeant l’environnement dans son ensemble.

 

 

 

 

Rotule de suspension HS : comment le détecter ?

Presque toutes les voitures modernes, sauf à de très rares exceptions, sont équipées d’un système de suspension. Ce dernier est constitué de plusieurs éléments dont la rotule de suspension. Selon les recommandations des constructeurs et des garagistes, cette pièce doit être remplacée tous les 70 000 à 150 000 km. Mais il arrive aussi que celle-ci s’use plus vite pour diverses raisons. Vous voulez savoir quels sont les symptômes d’une rotule de suspension HS ? On vous en dit plus dans cet article.

La rotule de suspension : qu’est-ce que c’est ?

Votre garagiste vous le confirmera : c’est un élément important du système de suspension d’une voiture. Pour en venir à la définition, la rotule de suspension est une pièce dont le rôle principal est de faire la jonction entre le bras de suspension au moyeu pivot, ainsi que la roue. En cette qualité, elle joue un rôle important dans le braquage, mais aussi la rotation des roues avant, ainsi que le mouvement de suspension de la voiture.

En général, la rotule de suspension se divise en deux principales parties, à savoir une partie sphérique et une partie conique. C’est cette partie sphérique qui va permettre sa rotation en plusieurs dimensions. Mais la rotule proprement dite est constituée d’un logement à billes. Ce dernier est lubrifié avec de la graisse, afin de permettre un meilleur mouvement des billes. Afin de garantir leur longévité, les rotules de suspension modernes sont entièrement étanches. Ainsi, les poussières et les saletés ne peuvent pas y pénétrer pour endommager le mécanisme. Selon le type de système de suspension de la voiture, la rotule est à fixer, soit directement au bras de suspension, soit au pivot.

Comment reconnaître une rotule HS ?

Comme nous l’avons précisé un peu plus tôt, il est possible que cette pièce s’use prématurément. Un bon mécanicien remarquerait tout de suite cette anomalie. Mais malheureusement, nous ne sommes pas tous des garagistes accomplis. Donc, en cas d’une usure prématurée de cette pièce, il peut passer un bon bout de temps avant que vous ne vous en rendiez compte. Toutefois, même si vous n’êtes pas bon en mécanique, il y a des signes qui peuvent vous indiquer qu’il y a un problème au niveau de vos rotules de suspension. Voici les symptômes les plus récurrents :

Vous devez vous rendre chez votre garagiste dans les meilleurs délais si vous remarquez une usure inégale des pneus. Cela vient du fait que la voiture se met à tirer d’un côté (à droite ou à gauche), selon le côté où la rotule est endommagée.

-La géométrie des roues n’est plus normale et la direction de la voiture devient moins précise. Vous remarquerez sans doute cette anomalie lorsque vous êtes au volant.

-Lorsque vous roulez, il se peut que vous ressentiez une vibration sur le plancher de la voiture ou dans le volant. C’est aussi le signe d’une rotule de suspension défaillante.

-Lorsque vous roulez, vous remarquez que la suspension fait du bruit. Il peut s’agir de grincements anormaux ou de claquements.

-Il devient de plus en plus difficile de réaliser des manœuvres avec la voiture. Les roues deviennent plus difficiles à braquer.

Si vous remarquez un ou plusieurs de ces symptômes, alors y a de fortes chances que votre rotule de suspension soit HS.

Au moindre doute concernant l’état de votre rotule de suspension, la meilleure chose à faire, c’est de vous rendre chez votre garagiste pour réaliser un diagnostic. Pour vous qui êtes à la recherche d’un mécanicien fiable aux environs de Pleyber-Christ, rendez-vous au TOP GARAGE AUTO JET. Disposant d’une équipe de garagistes hautement qualifiés, cet atelier implanté au Zone Artisanale La Justice 29410 à Pleyber-Christ, vous garantit un service de qualité pour tous travaux d’entretien ou de réparation de voiture.

Diagnostic automobile : combien ça coûte ?

Malgré les opérations d’entretien réalisées sur votre véhicule, il se peut que celui-ci tombe en panne. Cela peut être dû à plusieurs facteurs : âge du véhicule, accident, niveau de liquides bas… Toutefois, pour que la réparation soit efficace, il faut connaître l’origine de la panne. C’est pourquoi il faut faire un diagnostic automobile. Cette opération demande pourtant un certain budget. Pour savoir combien cela peut coûter, nous vous invitons à lire cet article.

À quoi sert le diagnostic auto ?

Avant de déterminer le prix du diagnostic automobile, il convient d’abord de savoir en quoi il consiste. En effet, le diagnostic automobile est une opération qui sert à déterminer l’origine d’un problème sur votre auto. Il sert à évaluer son état de santé lorsque vous constatez un éventuel dysfonctionnement ou une anomalie.

L’opération est effectuée avec un appareil spécial appelé valise de diagnostic auto. À la différence du contrôle technique, le diagnostic auto n’est effectué que si vous avez un problème avec votre voiture.

Parmi les symptômes de panne les plus fréquents, vous pouvez noter le voyant de votre tableau de bord qui s’allume. Il est aussi possible que vous entendiez un bruit anormal au roulage. Le bruit peut aussi se faire entendre au moment du freinage.

D’un autre côté, un diagnostic auto peut s’avérer nécessaire lorsque vous constatez des vibrations, des claquements ou des cliquetis. Il peut aussi arriver que votre voiture ne démarre pas ou alors le moteur se coupe de manière intempestive.

Au vu de tous ces problèmes, la solution est de faire diagnostiquer le véhicule et ensuite d’effectuer les éventuelles réparations.

De quoi dépend le prix d’un diagnostic auto ?

Le prix d’un diagnostic auto dépend de plusieurs facteurs. Tout d’abord, il peut varier d’un garage à un autre. Dans le cas où vous confieriez votre voiture au garage AFONS’AUTOMOBILE à Saint-Claude, vous pourrez réaliser un diagnostic auto à un tarif attractif.

Outre le type de garage, le prix de ce genre d’intervention varie également selon l’âge, la marque et le modèle de votre véhicule. En effet, la recherche de l’origine de la panne sur un véhicule ancien peut durer plus longtemps que sur une voiture récente.

D’ailleurs, le temps passé pour la réalisation d’un diagnostic auto influe sur son prix. En général, un professionnel met une heure pour rechercher la cause du dysfonctionnement d’un véhicule. Pour un diagnostic complet, le travail dure en moyenne 3 heures.

D’un autre côté, le tarif peut varier selon le type de diagnostic à effectuer. En effet, le garagiste peut faire un diagnostic automatique, un diagnostic manuel ou un diagnostic intégral.

    • Le premier utilise la valise de diagnostic. Cet outil permet de récupérer les codes d’erreur, puis de faire une mise à jour. La technique est donc plus rapide et plus simple à effectuer.
    • Le second, quant à lui, nécessite un peu plus de temps ainsi qu’une grande expertise. Il est souvent effectué quand le diagnostic automatique n’a pas marché.
    • Le troisième, en revanche, peut combiner le diagnostic automatique et le diagnostic manuel. Il permet de vérifier tous les composants nécessaires au bon fonctionnement de votre voiture. Il peut englober le contrôle des freins, de l’embrayage, des vitesses, des transmissions, de la courroie ou encore du niveau des liquides.

Dans tous les cas, il faudra compter entre 50 à 150 euros pour cette intervention.

Si le garagiste détecte une panne, il va vous établir un devis de la réparation. De ce fait, les frais de la réparation ne seront pas pris en compte dans le prix du diagnostic. Vous paierez les autres prestations en sus (réparation, changement des pièces, prix des pièces détachées).

Vidange de boîte auto: quand et à quel prix ?

Tous les types de véhicules ont besoin d’un entretien complet et régulier pour continuer à rouler sans souci. Parmi les travaux de maintenance qu’il ne faut pas oublier, il y a le changement de l’huile de boîte de vitesse. Si cette vidange n’est pas vraiment une inquiétude pour les propriétaires des voitures à transmission manuelle, elle prend une importance capitale lorsqu’il s’agit d’une voiture à transmission automatique. Pourquoi la vidange de l’huile est-elle essentielle au bon fonctionnement d’une boîte de vitesse automatique ? Quand faut-il changer le liquide de transmission ? Combien coûte ce traitement ? Tour d’horizon.

L’importance de la vidange de l’huile de boîte automatique

Pour comprendre l’importance de la vidange sur une voiture automatique, il faut d’abord se pencher sur le rôle que l’huile joue dans le fonctionnement de la boîte de vitesse. Concrètement, l’huile de boîte joue exactement le même rôle que celle du moteur. En ce sens, elle sert à lubrifier les pièces métalliques (dont les roulements, les pignons, les rouages, les crabots, les engrenages et les arbres) pour limiter leur frottement. Ainsi, la surchauffe est évitée et la boîte ne sera pas rapidement victime de l’usure. Au fil des utilisations, cette huile devient de moins en moins performante parce qu’elle aura absorbé les saletés qui circulent sous le capot de la voiture. Une vidange devient alors nécessaire pour remplacer cette huile impure par une neuve et prolonger la durée de vie de la boîte de vitesse.

La vidange d’une boîte de vitesse automatique a une plus grande importance par rapport à celle effectuée sur les boîtes manuelles. Cela s’explique par le fait que ces deux types de transmissions ne fonctionnent pas de la même façon. De ce fait, leurs fréquences de remplacement ne sont pas les mêmes. Les huiles utilisées sont aussi différentes. En l’occurrence, la boîte manuelle a besoin d’une huile minérale ou synthétique tandis que la boîte automatique requiert une huile spéciale, de couleur rouge, contenant plusieurs additifs.

Quand effectuer la vidange de boîte automatique ?

Contrairement aux idées reçues, l’huile de la boîte automatique n’est pas « à vie ». Si vous entretenez bien votre voiture et qu’elle fonctionne bien même après des kilomètres, il arrivera sûrement un temps où vous devez remplacer l’huile de la boîte. La question est de savoir à quel moment faire ce traitement.

Tous les 60 000 km

En général, il est recommandé de remplacer l’huile d’une boîte de vitesse automatique tous les 60 000 km. C’est à ce seuil qu’elle devient impure et ne remplit plus correctement ses fonctions de lubrification et de refroidissement des pièces métalliques. Il n’est pas rare qu’une voiture automatique tombe en panne après ce cap quand la vidange n’est pas effectuée.

Selon les préconisations du constructeur

Les constructeurs fournissent toujours un carnet d’entretien dans lequel sont détaillées les échéances de maintenance des voitures qu’ils vendent. La fréquence de vidange de l’huile de la boîte y est aussi précisée.

Dès que vous remarquez des signes avant-coureurs d’une huile défectueuse

Même avant la date prévue, faire la vidange de l’huile de boîte devient nécessaire lorsque vous remarquez les signes annonciateurs d’une huile en mauvais état. Pensez à vérifier le liquide de transmission quand vos rapports de vitesses ne sont plus fluides ou font des grincements inhabituels, quand la voiture cale souvent en montée, quand vous sentez une odeur de brûlé au niveau de la boîte ou quand le voyant « check engine » du tableau de bord s’allume.

Combien coûte la vidange d’huile d’une boîte de vitesse automatique ?

Le liquide de transmission pour boîte auto coûte en moyenne 10 euros par litre, mais vous devez aussi compter la main-d’œuvre (compris entre 300 et 600 euros) pour calculer le coût total du remplacement. Bien qu’il soit possible de l’effectuer vous-même, faire appel à un professionnel est un investissement raisonnable si vous voulez éviter les éventuelles pannes coûteuses liées à une mauvaise huile. Là encore, les prix dépendent de s’ils effectuent une vidange par gravité ou à l’aide d’une machine spécialisée. À titre d’exemple, le garage automobile POINT S – Pit Stop à Châtenoy-en-Bresse propose la vidange de boîte automatique avec une machine qui récupère entièrement l’ancienne huile, de rincer le circuit et d’insérer le nouveau liquide en toute efficacité.

Vidange de voiture Renault : quand et combien ?

La possession d’une voiture exige des entretiens afin de garantir leur performance en tout temps, et ce, quelle que soit la marque. À ce propos, la vidange doit être réalisée à une fréquence assez régulière pour s’assurer du bon fonctionnement du moteur. Mais il faudra aussi prévoir un budget suffisant pour ce type d’intervention. Ainsi, voici des conseils qui vous seront utiles concernant la vidange d’une voiture Renault, notamment le moment propice pour l’intervention et son coût.

L’importance de vidanger une voiture

Que vous soyez propriétaire ou que vous conduisiez un véhicule de location, il vous incombe de vérifier l’état de votre véhicule. De ce fait, il est indispensable de jeter un coup d’œil dans le moteur de votre véhicule pour vous assurer que tout est en ordre. Il faudra aussi réaliser une vidange de façon régulière pour rallonger la durée de vie du véhicule. En effet, lorsque le moteur tourne, différents liquides sont en circulation afin de lubrifier les différentes pièces qui composent le moteur.

Sachez tout de même qu’à la différence du carburant qui est un combustible, l’huile du moteur n’est pas évacuée lorsque la voiture est en marche. Or, l’accumulation de l’huile usée nuit fortement à la performance de votre voiture. Cela impactera d’abord la consommation de carburant. De plus, la saleté de l’huile réduira sa capacité de lubrification, ce qui entraînera la surchauffe du moteur en cours de route. Si la situation persiste, cela risque même d’endommager totalement le moteur de votre véhicule.

De ce fait, il est indispensable de changer périodiquement l’huile, sauf s’il s’agit d’un véhicule électrique, auquel cas la vidange n’est pas du tout nécessaire. À ce propos, si vous possédez une voiture Renault, nous vous recommandons de recourir aux services des garages Renault pour votre vidange. Comme ces ateliers portent le nom de la marque de votre voiture, vous serez sûr que les techniciens sauront réaliser l’entretien en respectant les normes imposées par le fabricant.

Le déroulement d’une vidange

En principe, lorsqu’une voiture arrive dans un garage, le technicien entame son travail par un diagnostic auto. S’il est confirmé que la vidange est la seule opération indispensable au moment de son intervention, il devra remplacer l’huile du moteur. Pour ce faire, il faudra évacuer entièrement l’huile contenue dans le carter en retirant le bouchon pour laisser l’huile s’échapper. Le mécanicien devra aussi changer les filtres usés, principalement le filtre à huile, avant de remplacer l’huile par un lubrifiant approprié. Notons qu’un certain volume devra être respecté pour le bien du moteur. Il le remontera et le laissera tourner sur place pour le rodage. Un essai sur route à une vitesse limitée est aussi recommandé pour une meilleure vérification. À première vue, l’opération semble simple. Mais si vous n’avez aucune notion en mécanique, il est fortement recommandé de confier l’entretien de votre voiture Renault à un garage comme SAINT-ESTEVE AUTOS, car ce prestataire est bien équipé pour ce type de prestation. Vous aurez ainsi l’assurance que votre véhicule sera entre de bonnes mains.

Le moment propice pour vidanger une voiture Renault

En principe, la vidange d’une voiture doit être effectuée en fonction du nombre de kilomètres parcourus. Alors, vérifiez régulièrement votre compteur et prenez des notes afin d’anticiper la date de votre prochaine vidange. Mais il faut aussi tenir compte du carburant, car la fréquence de réalisation d’un moteur diesel n’est pas la même que pour un moteur à essence. L’opération sera plus fréquente concernant l’entretien d’une voiture fonctionnant au GPL. En effet, le véhicule diesel doit être vidangé au moins une fois tous les 5 000 à 7 000 kilomètres ou bien deux fois par an. Par contre, les voitures à essence n’exigent une vidange qu’après 20 000 à 30 000 km selon l’état de la voiture. Dans la mesure où la voiture ne parcourt pas autant de distance, il est tout de même recommandé de la vidanger une fois par an. Par ailleurs, en ce qui concerne principalement les voitures de marque Renault, la vidange est conseillée en moyenne au-delà de 23 900 km. Toutefois, il faut toujours présenter le carnet d’entretien au garagiste, car cette limite de distances parcourues varie selon les modèles.

Le prix d’une vidange d’un véhicule Renault

Il est assez difficile de fixer le prix d’une vidange, en ce qui concerne les voitures de marques Renault. En effet, chaque modèle dispose d’une capacité différente en matière d’huile de moteur. De plus, les difficultés de manipulation lors de la vidange diffèrent selon le design du moteur. Ainsi, il faudra prévoir 60 à 110 € pour vidanger une voiture Renault, mais la somme varie en fonction du modèle. Pour plus de précisions, il faut vérifier le devis auprès d’un garagiste ou sur les sites spécialisés pour les voitures de cette marque, en indiquant le modèle de votre véhicule.