Comment se servir d’un pied à coulisse ?

Savez-vous que le vernier ou le pied à coulisse à vu le jour pour la première fois en 1631 ? Le vernier, du nom de son inventeur est un instrument de mesure ayant des parties coulissantes l’une par rapport à l’autre. Vous allez voir dans cet article de plus amples informations concernant cet outil.

À quoi sert le pied à coulisse ?

Le pied à coulisse est un outil bien connu dans l’univers de la mécanique et de la plomberie. Sa qualité de précision est tout simplement incroyable parce qu’il dépasse la précision d’un mètre ruban de l’ordre de mm, et même d’un réglet de demi-mm. En fait, la précision d’un vernier est de 1/10 e, 1/20 e ou encore 1/50 e de mm en fonction du modèle.

Quant à sa composition, un pied à coulisse comporte une partie fixe et des mâchoires coulissantes fixés par un écrou de serrage.

Pour mesurer quoi ?

Son rôle est de mesurer l’épaisseur, la profondeur et les diamètres intérieurs et extérieurs d’un objet de petite taille ou d’un tube. En plus de pouvoir prendre des mesures précises internes, externes ou en profondeur, vous pouvez également lire une mesure au dixième de millimètre près grâce à un vernier.

Vous pouvez l’utiliser pour mesurer précisément le diamètre extérieur d’un cylindre, l’alésage d’une pièce métallique ou encore la profondeur d’un trou.

Un pied à coulisse est aussi un instrument phare des bijoutiers. Vous pouvez mesurer facilement les cabochons et tous les objets minuscules utiles à la création de bijoux. Même le diamètre interne des perles est mesurable avec cet outil.

Comment utiliser un pied à coulisse vernier ?

Vous devez utiliser :

  • les becs extérieurs : pour connaître les mesures d’une pièce, son diamètre extérieur ou son épaisseur ;
  • les becs intérieurs : pour connaître les mesures intérieures ou le diamètre interne d’un objet ;
  • la jauge de profondeur : pour connaître la hauteur d’une pièce ou sa profondeur.

Pour mesurer la dimension extérieure et intérieure, le diamètre, l’épaisseur et la profondeur d’un objet, voici des conseils d’utilisation :

Il faut d’abord procéder à une petite vérification, comme pour tout outil de mesure d’ailleurs. Que vérifier ? Tout simplement le calibrage du pied à coulisse, mettez en contact les deux becs s’ils ne le sont pas encore et alignez le vernier et le zéro de la règle. Jetez également un coup d’œil à la surface des deux becs s’ils sont en contact sur toute la longueur.

Concernant le modèle numérique, remettez-le à zéro quand les deux becs sont en contact.

  • Pour mesurer le diamètre extérieur ou l’épaisseur d’un objet :

Écartez les deux becs. Enserrez ensuite la pièce à mesurer et poussez-la jusqu’au fond de la gorge du pied à coulisse. Rapprochez les deux becs des bords extérieur de l’objet et repérez le diamètre en lecture directe sur la règle.

  • Pour mesurer la dimension intérieure :

Le principe reste le même. Toutefois, vous devez tout simplement utiliser les becs de l’autre côté qui seront écartés jusqu’au contact des parois du cylindre.

  • Pour mesurer la profondeur :

Vous devez vous servir de la tige intégrée à la règle et qu’on peut faire sortir au même moment de déplacer le vernier. Pensez alors à insérer le bas de la tige jusqu’au fond du cylindre et faire descendre la règle jusqu’au contact avec le bord du trou. Enfin, vous devez repérer la mesure indiquée sur le pied à coulisse.

  • Pour mesurer la longueur et la largeur :

Placez votre pièce entre les deux becs et posez le pied à coulisse à l’aide de la molette afin de bloquer la pièce. Pensez à serrer la vis de blocage afin de maintenir l’objet. Vous pouvez maintenant relever la mesure indiquée sur la règle en vérifiant qu’elle s’aligne précisément sur le chiffre 0 du vernier. Quand la mesure est prise, enlevez la vis pour libérer la pièce.

Préserver la performance de la batterie, ce que vous devez faire

Une voiture constitue une véritable source de gaspillage d’argent lorsqu’elle est mal entretenue. Que vous soyez dans l’activité de transport ou non, il est primordial d’avoir des notions en mécanique ou tout simplement des conseils en utilisation optimale de pièces d’automobile comme la batterie afin de réduire les dépenses liées à l’entretien.

La batterie est un composant principal de la voiture. Elle fournit l’électricité pour alimenter tous ses accessoires électriques et assure son démarrage par le transfert du courant au système de motorisation. Composé d’un alternateur, ce dernier va ensuite recharger automatiquement la batterie durant le trajet. Ainsi, la voiture roule de façon continue. Une fois à l’arrêt, elle maintient en marche les équipements électriques comme les phares, la radio, le GPS. Ainsi, vous pouvez klaxonner pendant le stationnement, verrouiller la porte et monter les vitres électriques lorsque vous garez votre voiture.

Les facteurs de dégradation de la batterie et quelques recommandations

      • La décharge exagérée de la batterie

Faute de négligence, la batterie se dégrade rapidement. Parmi les causes se trouve la décharge importante du niveau de la batterie. Sa part journalière ne doit pas excéder 50% de sa capacité totale. Ainsi, par exemple, la décharge au-delà de 80 % doit être exceptionnelle et requiert quelques heures de recharge (max 48 heures).

Les causes de décharge rapide de la batterie

Sachez que la décharge d’une batterie peut être due au manque d’attention. Par exemple, si vous avez oublié d’éteindre les phares ou lorsque vous avez mal fermé le coffre pendant la nuit, il est évident que votre batterie sera à plat. Par ailleurs, une batterie ancienne se décharge rapidement, car elle ne peut plus stocker la charge complète. En moyenne, un véhicule a une durée de vie de 4 à 5 ans. Vous pouvez identifier ce mauvais état de la batterie à travers la difficulté de démarrage de la voiture. Dans ce cas, il est temps de la remplacer pour éviter une panne en pleine route. En outre, lorsque votre batterie est en bon état, mais que la charge s’avère insuffisante, il se peut que le problème vienne de la défaillance d’un alternateur ou tout simplement du dysfonctionnement de la batterie. Pour résoudre ce problème, il est conseillé de faire appel au service d’une entreprise automécanique comme le garage UNITHI, à Aulnay-sous-Bois.

    • Le mauvais chargement

A l’instar de la décharge importante, le mauvais chargement a un impact néfaste sur la performance de la batterie. Il peut s’agir d’une surcharge ou d’un manque de chargement.

    • La surcharge de la batterie

La surcharge entraîne l’échauffement des composants chimiques de la batterie. On peut citer l’évaporation de l’électrolyte et l’éclatement des matériaux actifs, ce qui endommage l’appareil. Cette charge excessive est causée par une élévation importante de la tension d’alimentation allant à plus de 2.4 volts par cellule. Cette erreur de chargement est souvent liée à la mauvaise configuration au niveau du régulateur d’alternateur. Dans ce cas, faites diagnostiquer votre véhicule auprès d’un garagiste professionnel.

    • L’insuffisance de charge

La préservation de la batterie commence par la recharge régulière et le maintien de la charge au minimum à 50 % de sa capacité. Cela évite les problèmes liés à l’insuffisance de charge.

Cette dernière est souvent provoquée par le court trajet et l’utilisation occasionnelle d’une voiture. En effet, après le démarrage, le courant électrique prend le temps d’alimenter suffisamment l’alternateur qui, à son tour, va recharger la batterie. Ainsi, lorsque vous faites souvent de courts trajets, ce procédé de fonctionnement n’est pas respecté ou complété, ce qui fragilise la performance de l’alternateur, mais entraîne aussi la sulfatation de la batterie. Il est donc recommandé de faire souvent de longs trajets pour éviter ce genre de problème.

    • Les températures extrêmes

La température extrêmement froide ou chaude réduit la durée de vie de la batterie. En effet, au même titre que le phénomène de surcharge, le pic de la température peut causer des réactions chimiques moins agréables à l’intérieur de l’appareil. Il en est de même pour le froid, il réduit le fonctionnement de la batterie, qui travaille seulement à 50 % de sa capacité totale.