Extension de garantie automobile : comment ça marche ?

Vous avez récemment entendu parler de la garantie d’extension automobile et souhaitez en savoir plus. En réalité, il s’agit d’une possibilité de prolongement de garantie donnée par les constructeurs d’automobiles à leurs clients. En quoi consiste-t-elle concrètement ? Quel est son mode de fonctionnement ? Cet article apporte des réponses claires à ces différentes questions.

Que signifie une extension de garantie automobile ?

Comme le révèle l’expression, une extension de garantie automobile est le prolongement du délai de garantie initialement offert par un constructeur automobile. En réalité, tous les constructeurs automobiles offrent normalement une garantie, généralement de 2 ans sur chacune de leur voiture vendue. Ce délai varie d’un constructeur automobile à un autre et peut aller jusqu’à 3 ans. La garantie automobile prend donc essentiellement en compte les premières pannes de votre voiture. Il s’agit :

  • Des pannes électriques ;
  • Des pannes mécaniques ;
  • Des pannes électroniques.

La garantie automobile peut être prolongée ou étendue selon la volonté de chaque constructeur. Elle peut se limiter à un simple prolongement du délai de garantie constructeur, mais peut également correspondre à un nouveau contrat. Ce dernier peut, soit augmenter, soit réduire les protections initiales. De même, les conditions de mise en œuvre peuvent cette fois-ci être totalement différentes.

Enfin, retenez que l’extension garantie automobile n’est pas obligatoire. Au lieu d’aller tout le temps vers votre concessionnaire pour l’entretien de votre voiture, vous pouvez vous confier à un spécialiste en entretien d’automobile comme TTA EURL.

L’extension de garantie automobile : une opération payante ou gratuite ?

Elle est normalement payante, mais vous pouvez tomber sur des concessionnaires qui ne réclament pas de contrepartie.

Une opération en principe payante

L’extension de garantie automobile est une opération normalement payante, mais la plupart des concessionnaires demande une contrepartie généralement à la portée de tous. C’est le cas par exemple des constructeurs comme : Mercedes, Renault, Volkswagen, Honda, Nissan, Peugeot et BMW. Ce tarif n’est pas le même pour tous les constructeurs. Il varie d’un constructeur à un autre et selon un certain nombre de facteurs, notamment :

  • du type de voiture ;
  • de la durée du contrat ;
  • du nombre de kilomètres sur lesquels elle peut s’appliquer.

La souscription à l’extension de garantie automobile se fait généralement dès la commande de la voiture. Mais vous pouvez aussi y souscrire après la livraison.

Une opération gratuite pour certains véhicules

En matière d’opérations d’extension automobiles, tous les constructeurs ne fonctionnent pas de la même manière. Certains d’entre eux proposent une formule de garantie gratuite qui inclut à la fois la garantie/constructeur et l’extension de garantie. C’est d’ailleurs le cas des marques comme Kia et Hyundai.

Les principaux éléments d’un contrat d’extension automobile

Il est important que vous ayez une idée des éléments qui figurent généralement dans un contrat d’extension automobile.

Le plan d’entretien constructeur

Le plan d’entretien constructeur est l’un des éléments les plus importants d’une garantie extension automobile. Vous devez régulièrement remplir votre carnet d’entretien surtout s’il s’agit d’une voiture de sport. C’est l’une des conditions que vous devez remplir pour bénéficier d’un prolongement du délai.

Le coefficient de vétusté est parfois pris en compte

Certaines garanties d’extension automobile peuvent prévoir un coefficient de vétusté. Elles appliquent généralement un taux de vétusté selon un kilométrage donné et selon un barème prédéfini. Cependant, d’autres prennent en compte le changement des pièces de la voiture sans condition de vétusté.

La clause kilométrique

Plusieurs constructeurs d’automobiles limitent la durée d’extension de la garantie à un certain kilométrage. C’est le cas de la marque Kia, une marque qui fabrique des voitures de collection. Chez ce constructeur, l’extension est limitée à 7 ans ou encore à 150 000 km. La garantie peut donc s’éteindre ou s’arrêter dès que l’une des deux conditions est remplie.

La garantie extension automobile ne concerne pas les pièces d’usure

Aucun concessionnaire automobile n’offre de protection sur les pièces d’usure. Autrement dit, les garanties d’extension automobiles ne s’appliquent jamais aux pièces d’usure des voitures. À titre d’exemple, elles ne couvrent pas les pneumatiques.

Porsche Cayman : la meilleure voiture de sport 2020

La Porsche Cayman est un modèle sorti en 2016 et a connu de nombreuses variantes de la plus sportive à la Porsche 718 Cayman GT4 2020 version coupée. Si l’on considère ses caractéristiques, ce modèle est plus conçu pour la piste, et malgré un design coupé, il figure parmi les voitures de sport les plus performantes en 2020. Continuer la lecture de Porsche Cayman : la meilleure voiture de sport 2020

Focus sur le Renault Trucks T: le plus vendu en France

La crise sanitaire a fortement marqué le secteur des véhicules poids lourds en Europe. Pourtant, il y a bien une marque qui tire son épingle du jeu. Il s’agit de Renault qui avec son Renault Trucks T demeure le leader du marché du poids lourd. En effet, le Renault Trucks T demeure toujours le poids lourd le plus vendu.

Le Renault Trucks T, un véhicule pour les routes longues distance

Le Renault Trucks T est équipé d’un plancher bien plat, ce qui en fait un véhicule très spacieux. Il est sans aucun doute le digne héritier du Renault Magnum. Très confortable, il est adapté aux trajets longue distance. En effet, les concepteurs de ce véhicule ont pensé avant tout au confort du conducteur.

A cet effet, ils ont équipé le véhicule de deux accoudoirs en cuir. De plus, le volant est également fait de la même matière. Par ailleurs, d’autres améliorations ont été apportées pour offrir un grand confort au conducteur. Ainsi, la cabine bénéficie d’un éclairage très doux.

Ceci permet au conducteur d’optimiser son temps de repos. Pour les trajets nocturnes, des lumières rouges ont été installées pour améliorer le confort de la conduite.

Renault Trucks T, un véhicule efficace et performant

Le Renault Trucks T est solide et pratique. Voilà les mots par lesquels on peut qualifier ce véhicule. Il a un moteur de 13 litres de 520 chevaux. Ce dernier est associé au système d’injection Common Rail. Par ailleurs, pour la sécurité du conducteur, le véhicule dispose du Pack Eco +  avec l’Optivision.

Il dispose aussi d’un régulateur de vitesse prédictif avec GPS. Ceci encourage grandement l’éco-conduite. Pour finir, les concepteurs du Renault Trucks T ont amélioré l’aérodynamisme du véhicule. Ce n’est pas une caractéristique non négligeable, car cela lui permet de faire des économies de carburant.

En cas de problème avec le véhicule, vous pouvez vous rapprocher de Diesel Mobile Ange-Gardien Inc. Ils vous aideront à trouver une solution.

Renault Trucks T, toujours le leader en France

Les chiffres de Renault sont bons depuis 2020. En effet, en France Renault Trucks demeure le leader incontesté du marché des poids lourds. Avec une part de marché de à 28 % dans la catégorie des véhicules pesant plus de 16 tonnes, le constructeur français a connu une hausse de 0,6% en une année.

Quand on s’attaque au marché des voitures de 6,1 à 15,9 tonnes, Renault Trucks enregistre une part de marché de 33,4 %. Le constructeur français perd donc 1,1 point par rapport à l’année 2019. Sur le segment de la construction, Renault est toujours numéro 1.

Renault Trucks, numéro 1 du marché d’occasion

Les domaines dans lesquels le constructeur français s’impose sont nombreux. Ainsi, il est largement en tête sur le marché des véhicules d’occasion avec une part de marché de 33,3 %.

Il n’est pas non plus en reste quand il s’agit des services poids lourds et de la vente de pièces de rechange. Toutefois, il faut dire que la marque affiche des chiffres qui sont en recul quand on les compare à ceux de 2019.

Les acheteurs ont continué à converger vers les points de vente de la Renault Trucks T malgré le confinement. En 2020, le constructeur français a écoulé près de 41 117 véhicules.

Quelle est la répartition des facturations Renault Trucks en 2020 ?

La répartition des facturations Renault Trucks en 2020 par pays se présente comme suit :

  • 19 019 voitures facturées en Europe si on exclut la France ;
  • 17 937 véhicules facturés en France ;
  • 4 161 voitures facturées dans le reste du monde.

Par gamme, la répartition des facturations se présente comme suit :

  • 26 246 véhicules de gammes lourdes et intermédiaires facturés ;
  • Et enfin, 14 871 véhicules utilitaires facturés.

Les voitures de location Renault ont également de bons chiffres.

Voitures de collection : avantages et inconvénients

Collectionner des objets est une manière pour un individu de témoigner de son affection vis-à-vis de ces derniers. C’est également un moyen de préserver un objet dont la présence évoque un sentiment de nostalgie pour celui qui le conserve. Les collectionneurs ont pour passion de garder en bon état différents objets, en allant des œuvres d’art à des objets tout à fait surprenants. Ce qui est sûr, c’est que le contenu d’une collection représente pour un collectionneur, un trésor inestimable, qu’il préserve jalousement. Si certains se passionnent pour des objets d’art et tout, d’autres collectionneurs s’intéressent plus aux collections de voitures.

Le collectionneur de voitures

Un collectionneur de voitures est une personne dont la passion est de collectionner d’anciens modèles de voiture. Il peut avoir en sa possession une poignée, voire un large éventail de voitures anciennes. Outre son aspect artistique, la collection de voitures s’avère être un secteur potentiellement rentable puisque plus la pièce est rare, plus sa valeur commerciale s’accentue auprès d’autres passionnées. En effet, il est courant que les voitures de collection fassent l’objet de ventes aux enchères durant lesquelles les acheteurs sont prêts à débourser des sommes exorbitantes pour se les offrir.

Les voitures de collection

Une voiture de collection est une voiture ancienne ayant au moins 30 ans d’âge. Ce type de véhicule est apprécié plus pour sa valeur esthétique, sentimentale et historique que ses capacités pratiques. En effet, les voitures de collection sont rarement utilisées pour le transport, les collectionneurs ne font que les exposer fièrement afin d’en contempler la beauté.

Faire d’une voiture un objet de collection

Pour qu’une voiture soit qualifiée comme étant un véhicule de collection, le propriétaire doit effectuer des démarches administratives. Pour cela, il réalise une demande de carte grise spéciale en tenant compte de certains critères.

  •  La voiture doit être âgée d’au moins 30 ans.
  •  Ses caractéristiques n’ont pas été modifiées.
  •  La voiture n’est plus produite auprès du constructeur.

La demande se fait en ligne ou auprès des autorités responsables de l’opération. En obtenant le statut de voiture de collection, la voiture est assortie d’une carte grise « voiture de collection », lui permettant de bénéficier de différents traitements spécifiques.

Les avantages d’une voiture de collection

Les propriétaires d’une voiture de collection disposent de plusieurs traitements favorables sur divers points.

  •  Lors du contrôle technique

Lors d’un contrôle technique, une voiture de collection n’est pas soumise à des restrictions applicables aux voitures ordinaires. En effet, les accessoires qui sont désormais obligatoires, ne sont pas exigés, s’ils n’existaient pas encore à l’époque de l’achat du véhicule. Les voitures de collection ne sont obligées de passer un contrôle que tous les 5 ans, au lieu de 2 pour les autres véhicules. Les voitures mises en circulation avant 1960 ne sont pas soumises à des contrôles obligatoires.

  •  Lors des accidents

Son statut d’objet de collection évite à un véhicule d’être soumis à des mesures d’immobilisation lors des accidents. Cela lui permet d’être tout à fait récupérable quel que soit l’état des dommages qu’elle peut subir.

  •  Auprès des assurances

Les voitures de collection ne sont utilisées que rarement, et sont donc moins susceptibles de subir des sinistres. Face à cela, les compagnies d’assurance ont mis en place des offres permettant aux voitures de collection de bénéficier d’un tarif avantageux.

Les désavantages de passer une voiture en collection

Outre les avantages, faire de sa voiture un objet de collection peut également représenter quelques désavantages.

  •  Utilisation limitée

Les voitures de collection ne peuvent être utilisées que rarement. Elles ne peuvent pas être utilisées à titre professionnel, et ne peuvent pas transporter ni passagers ni des objets de valeur.

  •  Longues démarches administratives

L’obtention d’une carte grise « voiture de collection » inclut un grand nombre de demandes à effectuer et de documents à fournir. Cette procédure s’étale sur une durée plus ou moins longue.

  •  Procédure irréversible

Une fois que la carte grise « voiture de collection » est acquise, elle ne pourra plus repasser en carte grise normale. À vrai dire, l’opération peut se faire, mais l’intéressé est tenu d’effectuer une longue démarche administrative et des améliorations supplémentaires pour que sa voiture soit conforme aux normes en vigueur ; ce qui demande une longue période d’attente et un investissement assez coûteux.

Acheter son véhicule en Allemagne : l’occasion de dénicher de bonnes affaires

Nul besoin de le mentionner : l’Allemagne possède plusieurs industries automobiles qui produisent des marques réputées mondialement. Qui n’a jamais été subjugué par la puissance, le design et le confort offerts par les véhicules BMW, Audi, Mercedes, Volkswagen ou Porsche ? Ces marques continuent à faire fureur sur le marché. D’ailleurs, l’Allemagne a été fort longtemps considéré comme la meilleure destination pour l’achat d’une voiture d’occasion. Importer son véhicule depuis ce pays est-il intéressant ou au contraire une mauvaise idée ? Les réponses, tout de suite dans l’article !

Continuer la lecture de Acheter son véhicule en Allemagne : l’occasion de dénicher de bonnes affaires

Où faire le contrôle technique d’un camping-car ?

Comme n’importe quel type de véhicule, le camping-car est soumis à un test régulier. Les frais de cet examen sont à la charge du propriétaire de la voiture. Si vous êtes décidé à réaliser le contrôle technique de camping-car, découvrez ci-après les différents endroits adaptés à cette vérification.

Les différents types de contrôle technique de camping-car

Il existe deux types de contrôle technique de camping-car selon la catégorie du véhicule.

Le contrôle technique de camping-car moins de 3,5 tonnes

S’il s’agit d’un camping-car léger, moins de 3,5 tonnes, les points de vérification de l’examen sont les mêmes que ceux des voitures légères. Cela touche l’identification du véhicule, les équipements de freinage, la direction, la visibilité, les feux, les dispositifs réfléchissants et les équipements électriques. Ce test auto se porte également sur les essieux, les roues, les pneus, la suspension, le châssis et ses accessoires, les nuisances et les autres équipements.

Le résultat de l’examen de camping-car comprend plusieurs niveaux. Le premier niveau regroupe les défaillances mineures qui ne requièrent pas la réalisation de contre-visite. Pour ce qui est des voitures qui présentent des défaillances majeures, elles doivent effectuer un contre-visite dans un délai de 2 mois. En ce qui concerne les voitures qui montrent des défaillances critiques, elles ne doivent plus circuler et sont soumises au contre-visite à effectuer dans un délai de 2 mois.

Le contrôle technique de camping-car poids lourd

Dans le cas du camping-car appartenant à la catégorie poids lourd, le contrôle technique se base sur la vérification des fonctions communes telles que l’identification, le système de freinage, la direction, la visibilité et les liaisons au sol. Elle touche également le châssis et ses accessoires, les organes mécaniques, les équipements, la pollution et le niveau sonore.

Le contrôle technique du camping-car poids lourd passe également par le contrôle de quelques fonctions supplémentaires : carte violette, coupe-batterie, extincteur, dispositif d’évacuation de fumées, porte de secours, trappe de secours, boîte de premier secours, etc. La vérification d’une plateforme d’accès handicapés est même indispensable.

Quoi qu’il en soit, le contrôle technique du camping-car est à effectuer tous les deux ans. S’il s’agit du premier examen, il est à réaliser six mois après le quatrième anniversaire de sa date de première mise en circulation.

Les sanctions en cas d’absence de contrôle technique

Si vous ne réalisez pas le contrôle technique de votre camping-car, vous encourez une amende pouvant aller jusqu’à 750 . Votre voiture peut être aussi immobilisée et vous devez remettre votre carte grise aux forces de l’ordre. À partir de là, vous disposez de sept jours pour effectuer le contrôle technique. Une fois que l’examen est réalisé, rendez-vous à la gendarmerie ou au commissariat pour présenter le procès-verbal attestant que votre véhicule respecte bien les normes.

L’endroit idéal pour faire le contrôle technique de camping-car

Le contrôle technique de camping-car est à réaliser dans un centre agrée en France. Vous n’avez qu’à vous présenter avec votre certificat d’immatriculation ou votre carte grise. Si vous recherchez un centre de contrôle technique de camping-car agrée, rendez-vous à SECURITEST. Il dispose d’une certification CARREFOUR ENTREPRISE SARTHE attestant de la qualité du contrôle technique réalisé sur les lieux. La société s’occupe également d’autres types de tests auto : 4×4, GPL, électrique, hybride, etc. Pour prendre un rendez-vous ou pour demander un devis, n’hésitez pas à vous servir du formulaire disponible sur son site web. Pour obtenir une réponse rapide, appelez au 02 43 28 03 00. Vous pouvez aussi vous rendre directement à l’Avenue Des Frères Renault Espace Commercial Auchan, 72650, LA CHAPELLE-SAINT-AUBIN. La société est ouverte du lundi au samedi de 09h à 19h.

 

 

 

 

 

 

Chauffeur de poids lourd : comment doit-il organiser son temps de conduite et de repos ?

La durée du travail des conducteurs routiers dans le transport de marchandises est régie par plusieurs dispositions, notamment des dispositions communautaires, des dispositions générales du code du travail, et des dispositions spécifiques au transport routier. La conduite de nuit s’accompagne de dangers multiples, lesquels sont accentués dans le cas où le chauffeur ne se repose pas correctement. C’est ainsi que la loi encadre très minutieusement les temps de conduite et de repos des chauffeurs de poids lourd.

Règlement régissant la durée maximale de conduite

Le temps de conduite des véhicules poids lourds correspond au temps que chaque conducteur passe au volant de manière continue, journalière et hebdomadaire. Définie par le règlement social européen n° 561/2006 du 15 mars 2006, la réglementation concerne trois contextes bien distincts. Les chauffeurs français ou européens effectuant un transport pour leur propre compte ou pour le compte d’autrui, qu’ils soient salariés ou indépendants, et qu’ils soient au volant d’un véhicule de plus de 3.5 tonnes doivent impérativement respecter cette loi. Pour une conduite journalière, le chauffeur ne doit pas se tenir au volant plus de 9 heures, mais peut être portée à 10 heures deux fois par semaine. La durée de conduite journalière se calcule entre deux repos journaliers ou entre un repos journalier et un repos hebdomadaire. Pour la conduite hebdomadaire par contre, la durée au volant est limitée à 56 heures pour une semaine ou 90 heures durant deux semaines consécutives.

Règlement sur le temps de repos minimal

Le respect de la loi régissant la conduite des véhicules lourds protège non seulement des dangers de la route, mais évite également de devoir payer des amendes parfois conséquentes. Le repos journalier est fixé à 11 heures au minimum. Dans chaque période de 24 heure écoulée  après la fin d’un repos journalier ou d’un repos hebdomadaire, le conducteur doit avoir pris un nouveau repos journalier. En outre, la durée de repos hebdomadaire normal est estimée à 45 heures consécutives. Les heures de repos non prises doivent être récupérées dans les trois semaines qui suivent, en un seul bloc rattaché à un autre repos d’au moins 9 heures. Le chauffeur doit commencer son repos hebdomadaire au plus tard à la fin de 6 périodes de 24 heures à compter du temps de repos hebdomadaire précédent.

Quoiqu’il en soit, il existe quand même des exceptions. En effet, la durée du repos journalier peut être réduite à condition que le repos pris soit d’au moins 9 heures et dans la limite maximum de 3 fois entre deux repos hebdomadaires. Elle peut également être fractionnée, mais la durée reste la même. Le repos journalier peut être fractionné en deux périodes, c’est-à-dire une période de 4 heures suivie d’un trajet de 9 heures dans les 24 heures.

Y a-t-il des sanctions en cas de non-respect des règlements ?

Des sanctions sont applicables aussi bien pour une durée de conduite excessive que pour des durées de repos inférieures à celles fixées par la réglementation. En effet, le chauffeur doit payer une amende forfaitaire pouvant aller de 135 euros à 375 euros en cas de retard de paiement. En cas de récidive, l’amende peut s’élever à 1500 euros, voire 3000 euros. L’employeur devra s’acquitter de l’amende s’il est responsable du non-respect de la loi tandis que c’est le chauffeur qui doit s’en acquitter si le non-respect de la réglementation lui est imputable. En tout cas, des enquêtes sont toujours ouvertes pour déterminer les origines du non-respect de cette réglementation. De tout façon, lorsque vous poursuivez une formation en conduite de poids lourd, toutes ces lois vous seront communiquées ainsi que plusieurs autres règlements à savoir sur le bout des doigts avant de vous livrer votre permis de conduire.